La JSK « offusquée » par le communiqué de la FAF sur Mellal

La JS Kabylie n’a pas tardé à réagir au communiqué de la FAF dans lequel l’instance fédérale a dénoncé les agissements du de son président Cherif Mellal.

La direction des Canaris s’est dite « offusquée » par ledit communiqué du bureau fédéral, en indiquant qu’il est « irresponsable de rester muet sur la violation des textes réglementaires » par ce dernier qui selon elle, « ne cesse de commettre de graves dérapages. »

La JSK qui affirme être respectueuse ainsi que son président « des lois de la République et des lois et règlements régissant le football national », a énuméré une série de reproches à la FAF concernant la gestion de plusieurs dossiers dont la décision « hâtive » du bureau fédéral sur l’arrêt définitif du championnat national.

publicité

Le grand club de Djurdjura accuse même la FAF de « violation de la circulaire relative à l’interdiction du MJS sur tout changement de système de compétition » et de « la non-application du règlement de la CAF section engagement, notamment l’article 8 », qui selon les Kabyles, ouvre le droit à leur club à une participation à la Coupe de la CAF.

La JSK a par ailleurs défendu sa décision de reprendre l’entraînement sans attendre au préalable l’accord des pouvoirs publics, en précisant que « toutes les dispositions sont prises pour préserver la santé de ses joueurs dans le strict respect des mesures barrières contenues dans le protocole sanitaire. »

Quant à la décision de la FAF de faire appel aux pouvoir publics pour dénoncer Mellal, la JSK a répliqué : « dans quel cadre peut-on réprimer un droit consacré par la constitution, surtout le droit de défendre les intérêts légitimes du club et du football national ? », s’interroge le club kabyle qui a décidé d’effectuer la même démarche auprès « des autorités compétentes pour intervenir et mettre fin aux agissements de dirigeants des instances footballistiques. »

Enfin la JSK a conclu son communiqué en dénonçant «l’acharnement de la FAF contre le club et son président. »