Équipe nationale: Belmadi tourne la page Aouar

Le sélectionneur national Djamel Belmadi a animé ce mardi une visioconférence en vue des deux prochaines sorties amicales des Verts. L’occasion pour le coach des Verts d’aborder plusieurs dossiers chauds liés à l’actualité de la sélection.

Parmi eux, le cas Aouar. Invité à commenter le choix du prodige lyonnais, celui d’opter définitivement pour l’équipe de France, Belmadi affirme avoir le nécessaire pour attirer le joueur contrairement à ce qui a été dit ça et là.

«Sur le dossier Aouar j’ai été clair et j’ai expliqué que le travail a été fait. Malheureusement un pseudo journaliste de mauvaise foi a tenté de manipuler l’opinion sportive sur un plateau de télé en faisant croire que la nouvelle stratégie du sélectionneur et de la Fédération consistait à attendre un joueur ciblé jusqu’à ce qu’il se manifeste. Tout ça est faux », dira le sélectionneur qui a reconnu avoir discuté directement avec le concerné pour lui proposer de rejoindre les champion d’Afrique 2019, et ce, dés sa prise de fonction à la tête des Verts. « Je suis entré en contact avec Aouar quasiment dès ma prise de fonction en sélection, mais le joueur rêvait depuis toujours en bleu», a expliqué Belmadi.

publicité

Et d’ajouter : «Aouar avait tranché depuis très longtemps concernant son avenir, allez le voir pour le lui demander. Mais je ne pouvais quand même pas le crier sur tous les toits. Ces joueurs ont des familles. Ce sont des jeunes qui adorent les réseaux sociaux, et ils lisent tout ce qu’on dit sur eux. Je sais qu’il va venir voir ce que je dis sur lui. J’ai travaillé en silence sur le dossier, pour ne pas le mettre en difficulté.».

Par ailleurs, Belmadi a évoqué la difficulté d’attirer des joueurs binationaux qui évoluent depuis longtemps dans les catégories jeunes de l’équipe de France à savoir Gouiri, Ait Nouri ou Cherki.

« Pour ramener des joueurs comme Gouiri, Ait Nouri ou Cherki qui sont en équipe de France, il y a deux étapes à faire : la première étape c’est d’aller rencontrer le joueur pour lui expliquer le projet. On n’envoie pas une convocation sans changement de nationalité sportive. Pour qu’il accepte de venir chez nous, le joueur doit d’abord renoncer à l’équipe de France a travers une lettre qu’il doit signer et déposer au niveau de fédération française puis à la FIFA. Et ça personne ne l’a jamais fait dans toute l’histoire du football algérien, à l’exception des joueurs qui ont fait partie de la glorieuse équipe du FLN à l’exemple de Makhloufi que je salue, et de Zitouni que Dieu ait son âme. »