Belmadi met déjà la pression sur le successeur de Zetchi

Le sélectionneur national Djamel Belmadi, espère « un tournant juste et positif », avec l’élection d’un nouveau président de la Fédération algérienne  de football (FAF), en remplacement de Kheïreddine Zetchi, qui a décidé de ne pas briguer un deuxième mandat.

 « La transition fait que nous allons vers un nouveau président de la FAF, j’espère tout simplement qu’il aura le même souci que Zetchi. Il va y avoir un nouveau président et un nouveau Bureau fédéral. Je souhaite à l’instar de tous les Algériens, que l’équipe puisse avancer et progresser, que l’organisation continue d’être performante. Je veux que ce tournant soit juste et positif, c’est ma seule appréhension. Je ne veux pas que demain les choses tournent au vinaigre, et avoir des freins ici et là, et nous nous retrouverons en difficulté », a indiqué Belmadi ce vendredi à la radio nationale dans des déclarations reprises par l’APS.

« Je ne peux pas dire que je vois un horizon sombre demain. Je dis que j’étais très bien sans pour autant être parfait, cette idée de progression que j’avais eue avec le président Zetchi, qui était tout à fait d’accord, qu’il fallait souvent se remettre en question et améliorer les choses. Il y’a eu des éléments de progression, la finalité c’est d’être prêts pour le match », a ajouté Belmadi tout en précisant que l’équipe nationale et la FAF ne font qu' »un ensemble qui tire dans le même sens ».

publicité

« Ceux qui pensent que la sélection et son staff sont d’un côté et la Fédération de l’autre, je leur dis que c’est totalement faux. C’est plutôt un ensemble cohérent qui fonctionne et qui tire dans le même sens, chacun dans son domaine de compétence, et dans ses prérogatives. Il y’a eu une Fédération qui a fait un travail brillant ».

« la qualification au Mondial 2022 est un projet national »

Par ailleurs,  le coach des Verts est revenu sur la discussion qu’il a eue avec les autorités, en marge du dernier rassemblement avec les Verts,

 « Au cours de la discussion qu’on a pu avoir avec les autorités, croyez moi que je suis tout à fait resté à ma place, je sais où sont mes prérogatives, je ne dépasse pas les limites. Quand on a fait appel à moi pour discuter du football et de l’équipe nationale, je n’ai pas le choix que d’aller pour en parler. On me pose des questions, je réponds, sinon je n’ai jamais demandé de rencontrer qui que ce soit. Par respect, j’y vais », a-t-il souligné.

Pour ce qui est des éliminatoires de la Coupe du monde 2022, dont le coup d’envoi est prévu en juin prochain, avec deux rencontres au programme : à Blida face au Djibouti (5-8 juin) et à Ouagadougou face au Burkina Faso (11-14 juin), Belmadi qualifie l’objectif d’aller au Mondial 2022 de « projet national ».

« Je crois en l’éternelle progression. Je suis exigeant dans la progression avec moi-même mais aussi avec mes partenaires, y compris la Fédération. On se doit d’être exigeants car on est au service d’un pays, on doit donner encore plus. C’est le travail de tous, tout le monde a sa part d’importance et son apport, c’est un projet national où tout le monde doit tirer dans le même sens », a-t-il conclu.