Ghezzal évoque son retour gagnant chez les Verts

Dans un entretien accordé à So Foot, Rachid Ghezzal est revenu sur son choix de porter les couleurs nationales après avoir pourtant joué avec l’équipe de France en jeune.

« Mon frère a joué pour l’Algérie (NDLR : Abdelkader Ghezzal, 28 sélections), et c’est clairement l’élément déclencheur dans mon choix. Une fois devenu professionnel, ça a tout de suite été un rêve et un objectif pour moi de jouer pour les Fennecs. Mon seul regret, c’est de ne pas avoir pu offrir à mes parents l’occasion de voir leurs deux enfants jouer ensemble pour leur pays, mais ce n’est pas si grave finalement. Les matchs de l’Algérie, j’étais toujours à fond derrière ma télé, j’étais supporter avant tout », a déclaré l’attaquant de Beşiktaş à ce sujet.

Meilleur passeur du championnat turc avec 17 offrandes, Rachid Ghezzal a également évoqué son retour gagnant chez les Verts après un long passage à vide (il n’avait plus été rappelé en sélection depuis octobre 2018) avec notamment un but et une passe décisive en Zambie le 25 mars lors des qualifications à la CAN 2022.

publicité

« J’ai toujours eu un bon rapport avec le sélectionneur, Djamel Belmadi. Quand je suis revenu, il m’a dit que je méritais d’être là et que je pouvais apporter mes qualités à l’équipe. C’est quelqu’un de très franc, donc ça facilite les échanges. Pour être honnête, si je n’ai pas été appelé pendant si longtemps, c’est parce que je ne le méritais pas. »

Au summum de sa carrière après une saison magnifique en Turquie, l’ex-joueur de Leicester affiche désormais de grandes ambitions en sélection en dépit de la rude concurrence qui y règne. « Malgré des saisons compliquées, j’ai toujours eu l’Algérie dans un coin de ma tête. C’était une source de motivation constante, et je savais qu’en revenant au top, j’allais avoir une nouvelle opportunité. Beşiktaş m’a permis d’être rappelé, et j’ai eu l’occasion d’avoir une deuxième chance avec mon pays. Il y a beaucoup de concurrence, mais face à la Zambie, j’étais en pleine confiance, et ça s’est vu sur le terrain. Maintenant, je ne dois pas m’arrêter là, j’ai envie d’être présent sur le long terme. »