Belmadi peste contre la pelouse de Tchaker et crie au sabotage

C’est un énorme coup de colère qu’a poussé le sélectionneur national, Djamel Belmadi, ce mercredi matin, en conférence de presse à propos de l’état de la pelouse du stade Mustapha Tchaker de Blida.

Le coach des Verts a consacré une bonne partie de son intervention devant les journalistes pour critiquer l’état du terrain catastrophique de Tchaker, à la veille du match face à Djibouti pour le compte des éliminatoires du Mondial 2018. « J’ai l’impression d’avoir discuté de la problématique Tchaker depuis mon arrivée en 2018 et je vois que peu de choses ont peu évolué aujourd’hui. Et quand ça change, ça change le temps d’un match où d’une date FIFA », a d’abord lâché Belmadi avant de dresser un sévère réquisitoire contre les responsables de l’entretien de l’enceinte blidéenne.

« En juin dernier la pelouse était dans un bon état après les travaux effectués dans ce stade. Nous avions donc décidé d’élire domicile à Tchaker avec l’accord des joueurs pour les matchs de qualification du Mondial 2022. Comme par magie, deux mois après, on retrouve une calamité. Je suis resté 15 secondes sur cette pelouse catastrophique. C’est vraiment du sabotage », a pesté l’artisan du sacre des Fennecs à la CAN 2019.

publicité

Et de poursuivre : « Qu’on nous vienne pas nous raconter des histoires, et nous parler des conditions climatiques et de ce fameux champignon qui décidément n’existe que chez nous. Je vis dans un pays où il fait quotidiennement 45 degrés (Ndlr : Qatar). On voulu faire en sorte que notre équipe nationale ne dispose pas d’une pelouse digne de ce nom. Qui est derrière ça ? Je ne suis pas complotiste, je constate des faits », a-t-il ajouté.

Belmadi va même porter de graves accusations contre le responsable chargé de l’entretien de la pelouse de Tchaker, en pointant du doigt son incompétence et surtout son malhonnêteté. « Parce que la Wilaya de Blida ne lui a pas signé la convention de l’entretien de la pelouse de Tchaker que le responsable chargé de l’entretien du terrain a décidé de le laisser la pelouse se dégrader. Que chacun assume ses responsabilités », a-t-il déploré.

Enfin,  le premier responsables technique de l’EN ne manque aussi de crier son ras-le-bol devant l’absence des terrains à même d’accueillir les rencontres des champions d’Afrique en titre. « Quand je vois ce qui se passe chez nous, je me dis que nous aussi on aurait dû demander à être délocalisé. Et les malins qui viennent nous parler du nouveau stade d’Oran. Il n’ y a pas longtemps, ils ont fait un barbecue là-bas. Je ne joue pas sur un terrain où on fait des barbecues. Je ne sais pas si c’est dû au barbecue ou aux conditions climatiques, mais le terrain d’Oran est pire que celui de Tchaker. Qu’on ne vient pas alors me raconter de bêtises. Quand au stade du 5 Juillet, il est déjà à 55 matchs par année. Il est dans un état déplorable aussi. On n’ pas de terrains en Algérie, c’est un fait », conclut Belmadi.