Procès de la sextape : Valbuena révèle son échange avec Benzema

Après des années de débats, le procès de la fameuse affaire de la sextape qui secoue le football français s’est ouvert ce mercredi matin à Versailles.

En l’absence de Karim Benzema, accusé au même titre que quatre co-prévenus, d’être un acteur de la tentative de chantage à l’encontre de Mathieu Valbuena, ce dernier s’est présenté au tribunal pour témoigner devant le juge. Une fois à la barre, l’ex attaquant de l’Olympique de Marseille a rappelé la chronologie des faits. Il entend parler de cette histoire la première fois en mai 2015, quand son ancien coéquipier à Marseille Djibril Cissé – un temps mis en examen dans ce dossier avant de bénéficier d’un non-lieu – le contacte pour le mettre au courant de l’existence d’une vidéo intime le mettant en scène.

« Au début je n’y croyais pas à cette histoire, je pensais que c’était du bluff », a déclaré devant le tribunal l’actuel milieu de terrain (37 ans) de l’Olympiakos (Grèce). Djibril Cissé, lui-même victime d’un chantage similaire pendant sa carrière, lui a ensuite fait une description de la vidéo, dont il avait reçu un extrait sur WhatsApp.

publicité

« Je me suis senti en danger, mon premier réflexe a été de porter plainte », détaille Valbuena, qui a précisé n’avoir jamais eu « l’idée de payer ». « J’ai eu peur pour ma carrière sportive, pour l’équipe de France. Je savais que si la vidéo sortait, ça allait être compliqué pour moi en équipe de France, comme on l’a vu par la suite. »

« Je n’aurais jamais porté plainte si j’avais su que Karim était dans cette histoire »

Mathieu Valbuena a surtout raconté sa fameuse rencontre avec le buteur du Real Madrid à l’époque, lorsque ce dernier l’aurait approché pour la première fois à ce sujet.

« Quand il me dit qu’il veut me parler, je ne pense pas qu’il va me parler de ça. Quand j’ai eu cette conversation, je suis sorti de cette chambre, j’étais choqué. J’ai senti qu’il voulait avec insistance me faire rencontrer une personne qui devait faire l’intermédiaire. Sa personne de confiance. Il était très insistant. On ne vit pas dans le monde des Bisounours. Je savais bien que si je rencontrais cette personne ce n’était pas pour des places de foot en échange. Il ne m’a pas parlé d’argent, je l’ai toujours dit, mais il a été insistant. Il n’a pas voulu m’aider, il me disait c’est chaud, il y a l’Euro qui arrive… Moi je n’aurais jamais porté plainte si j’avais su que Karim Benzema était dans cette histoire. Pour moi, pour l’équipe de France… cette histoire m’a fait du mal car sinon j’aurais dû participer à l’Euro 2016 « , a-t-il confié.

Pour rappel, Karim Benzema encourt une peine de cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende pour l’infraction de chantage,. Les prévenus poursuivis pour tentative de chantage encourent eux aussi cinq ans d’emprisonnement et 75 000 euros d’amende.