CRB: Yahi officiellement limogé, sursis pour Paqueta

Le CRB s'est séparé de directeur sportif Hocine Yahi

Le CR Belouizdad a annoncé mercredi soir sur sa page facebook le limogeage de Hocine Yahi de son poste de directeur sportif du club, à l’issue de la réunion extraordinaire de son Conseil d’administration.

Au lendemain de la défaite enregistrée face au MC Alger (1-2) en match retard pour le compte de la Ligue 1, la direction du CRB a décidé de remettre de l’ordre au sein du club. Décrié par une bonne partie des supporters rouge et blanc, Hocine Yahi est le première à faire les frais du remue-ménage opéré dans la maison belcourtoise. L’état-major du CRB explique que le bilan du mercato estival et les résultats sportifs du début du championnat (une défaite et un nul concédé à domicile), mais aussi « l’atmosphère d’indiscipline » qui a eu un impact sur les performances de l’équipe, ont poussé le président du CA à « mettre fin aux fonctions de Hocine Yahi, avec le plein appui de ses membres. Le communiqué du CRB ajoute que l’intéressé a été limogé « conformément à son contrat de travail qui prévoit une séparation à l’amiable sur la base d’une évaluation de son travail de directeur sportif. »

En poste de directeur sportif fin mars 2021, l’ancienne gloire du Chabab des années 80 s’est vu surtout reprocher le recrutement du coach Marcos Paqueta. D’ailleurs, le Conseil d’administration mentionne dans son communiqué qu’il a décidé d’accorder un sursis au Brésilien, tout en accédant à sa requête de se passer des services du préparateur physique de l’équipe, Aymen Nouadri et de l’entraîneur des gardiens, Mohamed Haniched.

publicité

Madar ferme les vannes

Parmi les principales décisions prises par le CA du CRB lors de sa réunion extraordinaire, celle qui touche au volet financier. Ainsi, l’actionnaire principal du Chabab, en l’occurrence le Groupe Madar Holding, a décidé de surveiller drastiquement ses dépenses du club et revoir ainsi à la baisse la masse salariale. « Le président du Conseil d’administration a également informé ses membres d’une remise à plat du barème des primes au seul bénéfice des joueurs et de la barre technique qui sont les acteurs directs de la performance. Il a aussi indiqué que le Club se basera à l’avenir sur un système de salaires plus cohérent, plus équilibré et plus équitable. Cette exigence s’impose d’autant plus que l’actionnaire majoritaire du Club et son financeur exclusif, le Groupe public MADAR, a exigé une plus forte rationalisation des dépenses et fait part de son intention de ne plus accorder des rallonges budgétaires à souhait », indique le CRB.

Quatre joueurs mis à l’amende

Les nombreux cas d’indiscipline qu’a connu le vestiaire du CRB lors des deux derniers matchs, ont conduit la direction du club algérois à prendre également des « mesures disciplinaires sévères à l’encontre d’un certain nombre de joueurs coupables de fautes professionnelles ». Si l’identité des joueurs incriminés n’est pas dévoilée dans ledit communiqué, il s’agit selon nos sources du gardien de but Merbah Gaya, des deux défenseurs Sofiane Bouchar et Chouaib Keddad et du milieu de terrain Larbi Tabti. Les deux premiers cités se sont en venus presqu’aux mains à la mi-temps du derby algérois. Alors que Keddad est sanctionné pour son comportement inadmissible envers l’arbitre du match CRB-CSC qui lui a valu quatre matchs de suspension par la LFP. Quant à Tabti, il s’en est pris à son coach pour l’avoir remplacé face aux Sanafirs. Mais contrairement à ses trois autres coéquipiers qui se sont vu retenir carrément un mois de salaire, l’ancien joueur de l’USMBA a écopé seulement d’une amende financière.