Mondial 2022: Belmadi savoure la qualification pour les barrages

Le sélectionneur nationale Djamel Belmadi a savouré la qualification de son équipe pour les barrages du Mondial 2022 malgré le nul concédé face Burkina Faso (2-2), ce mardi au stade Mustapha-Tchaker de Blida.

« Nous avons fait un parcours quasiment sans faute. On a eu à faire à une équipe du Burkina Faso qui voulait créer l’exploit, elle qui n’a jamais pris part à une Coupe du monde, alors que nous on en a joué quatre et nous sommes champions d’Afrique. C’est une équipe qui a un passif récente qui parle en sa faveur. J’estime qu’il s’agit d’une qualification en barrages amplement méritée », s’est exprimé le coach des Verts en conférence de presse.

« L’objectif est atteint, c’est le plus important »

publicité

Belmadi est également revenu sur les difficultés rencontrées par ses joueurs qu’il a tenté d’expliquer entre autres, par la pression qui a pesé sur eux durant cette « finale » du groupe A. « C’était un match particulier pour nous. L’objectif est atteint, c’est le plus important. Il n y a pas de frustration à voir. Nous n’avons pas eu la sérénité qu’on a l’habitude d’avoir. L’enjeu a fait déjouer les manières dont on a abordé cette rencontre. Si Mahrez tue le match, le match aurait pris une autre tournure. Nous avons eu quelques déchets techniques dans la dernière passe, en raison notamment de la pelouse, à la limite du praticable. On a pêché par excès de précipitation », a t-il analysé.

Et de poursuivre : « Je m’attendais à avoir un match dur. Ce ne sera pas toujours des 5-0 ou 6-0. Le Burkina Faso a toujours été costaud, comme ce fut le cas lors de la double confrontation des barrages en 2013 (pour le Mondial 2014 au Brésil, ndlr). Je répète, l’enjeu a primé sur le match. Ils nous restent deux gros matchs en barrages, dont il faudra être très costaud pour essayer de valider notre ticket pour le Mondial 2022 au Qatar. Pour aller en Coupe du monde, il faut jouer différentes équipes, différents types de football, peut-être que l’évènement a pris le dessus. La crainte passe outre la qualité des joueurs. Mais j’apprécie les prestations solides, difficiles comme celle-ci. »

« On n’est pas encore la meilleure au monde »

Une fois le billet pour les barrages acquis, le technicien âgé de 45 ans se projette déjà sur les prochaines échéances qu’attendent les Verts, à commencer par la CAN 2022. « Ce que les joueurs ont vécu ce soir, nous aidera certainement lors des barrages et de la CAN-2022 également. Ils nous restent beaucoup de choses à parfaire pour progresser davantage. Si nous n’avons pas pu se qualifier, ça aurait été un grand échec pour nous tous, on aurait pris nos responsabilités, moi le premier. On n’est pas encore la meilleure équipe du monde. Chaque match à son enseignement. Nous avons un programme chargé, avec d’abord la Coupe arabe, qui verra la présence de quelques joueurs de l’équipe A tels que Belaïli, Benlamri, Bounedjah et M’bolhi pour garder le rythme. Pour la CAN-2022, tout le monde nous attend au tournant, notre objectif est de conserver notre titre, tout en pensant bien évidemment aux barrages du Mondial 2022 en mars prochain ».