CAN 2022: la CAF sort de son silence sur l’affaire Tunisie-Mali

L'arbitre zambien du match Tunisie-Mali aurait été victime d'une insolation.

Au lendemain de la grosse polémique qui a entouré la fin du match Tunisie-Mali (0-1) pour le compte de la première de la phase de poules de la CAN 2022, la Confédération africaine de football (CAF) a décidé de réagir à travers un communiqué.

L’instance africaine indique « avoir recueilli tous les rapports nécessaires auprès des officiels présents à cette rencontre » et qu’elle « ne fera pas d’autres commentaires» concernant cette affaire qui a fait couler beaucoup d’encre depuis que l’arbitre zambien Janny Sikazwe a mis fin prématurément à la rencontre Tunisie-Mali. «A propos du match de la Coupe d’Afrique des Nations TotalEnergies ayant opposé le Mali à la Tunisie à Limbe le 12 janvier 2022, la CAF a recueilli tous les rapports nécessaires auprès des officiels présents à cette rencontre. Ces documents sont actuellement transmis aux organes spécialisés compétents de la CAF. En attendant leurs conclusions, la CAF ne fera pas d’autres commentaires», écrit la CAF ce jeudi sur son site officiel.

Pour rappel, Janny Sikazwe a sifflé deux fois la fin de la rencontre Tunisie-Mali avant son terme. Une première fois à la 85e minute puis une seconde fois à la 89’45’, sans compter donc le temps additionnel. La CAF a voulu poursuivre le match avec le 4e arbitre 20 minutes après son arrêt. Mais les Tunisiens ont refusé de poursuivre le jeu et ont même déposé une demande de réserve pour contester cette défaite.

publicité

Janny Sikazwe victime d’une insolation ?

Selon le patron des arbitres de la CAN, interrogé par le média égyptien Kora Plus, l’arbitre zambien a été victime d’une insolation qui expliquerait ses décisions ubuesques en fin de match. Le referee aurait été conduit à l’hôpital à l’issue de la rencontre, et c’est la raison pour laquelle c’est son adjoint, le 4e arbitre, qui avait été chargé de faire reprendre le match lors du temps additionnel.

KM